4 exemples d’étiquettes de composition “safe”

28 octobre 2019

La lecture d’étiquettes… quel sport! Je m’y suis attelée avec force conviction et discipline il y a de nombreuses années. Au début, on y passe un temps certain… Il faut prévoir un timing suffisant pour les courses. Et les faire seule, au risque de perdre tout le monde en cours de route! Mais petit à petit, bons réflexes s’installent et nous permettent de gagner du temps. Lorsqu’on commence à connaître par cœur les principaux produits de notre choix, il devient facile d’éviter les indésirables et de ne poser dans son caddie que ceux qui servent notre santé.

Dans un précédent article, je vous ai donné quelques tuyaux pour vous faciliter la tâche… les conseils que j’aurais aimé recevoir il y a 10 ans. Ceux qui m’auraient évité de m’arracher quelques cheveux  😉 Aujourd’hui, je vous donne des exemples concrets (parce vous, je ne sais pas… mais moi, j’apprends plus facilement avec du concret).

Exemple de pâte à tartiner au chocolat

 Analyse:

  • Le sucre ne figure pas comme premier ingrédient, contrairement à la plupart des pâtes à tartiner. Il s’y trouve donc en quantité plus limitée.
  • Le premier ingrédient pour 40% est la noisette: un aliment santé. Contient aussi de l’amande blanche, second aliment santé. On n’en connaît pas le % exact. Mais on sait qu’il vient avant le beurre de cacao qui est à 10% et puisque l’ordre des ingrédients est progressif et fonction de la quantité présentée, on peut en déduire que l’amande est présente à plus de 10%. Au total, cela donne plus de 50% de purée d’oléagineux (noisettes-amandes). C’est énorme!
  • Pas d’huile de palme ni de tournesol mais de l’huile de noix, encore un aliment santé.
  • Aucun additif.

Conclusion: une bonne solution pour la tartine de choco… qui reste un aliment plaisir, à consommer de façon occasionnelle 😉

Exemple de biscuits sans blé

Analyse:

Peu d’ingrédients : farine, chocolat, sucre, huile de palme, sésame, sel, poudre à lever, arôme de vanille. Si on avait cuisiné ces biscuits nous-mêmes, la composition aurait pu être quasi similaire, à deux exceptions près:

  • On n’a pas de détails sur l’arôme de vanille, on peut supposer que c’est un arôme artificiel. J’aurais préféré l’éviter.
  • Seule critique réelle que l’on puisse faire à ce produit: pas top, l’huile de palme! C’est le seul produit que j’achète qui en contienne. Il est difficile de trouver des biscuits sans blé et sans additifs donc c’est un choix conscient. L’huile est non hydrogénée, ce qui est un avantage. L’hydrogénation est une technique de transformation à très haute température, employée par l’industrie agroalimentaire, permettant de saturer des lipides initialement insaturés. Le processus vise à rendre les huiles solides. C’est ainsi qu’on fabrique de la margarine à partir d’une huile liquide. L’ennui avec l’hydrogénation, c’est que le processus modifie la structure de la molécule, la faisant passer de cis à trans. Les graisses trans sont devenues inassimilables par le corps humain. De plus en plus d’études montrent un lien entre la consommation d’acide gras trans et l’augmentation des risques d’hypercholestérolémie, d’athérosclérose, d’obésité et de résistance à l’insuline.

Conclusion: il y a une marge d’amélioration! Mais ce produit est assez correct.

 

Second exemple de biscuits sans gluten

Analyse:

Recette assez simple pour un produit sans gluten (qui en général frôle les plafonds en matière d’additifs et de composition douteuse).

  • Du beurre comme source de gras, de loin préférable aux margarines ou huiles végétales hydrogénées qu’on trouve le plus souvent dans les biscuits. Un bon point.
  • Côté farines, on trouve du sarrasin et du tapioca qui sont de bonne qualité nutritionnelle. En revanche, la fécule de pomme de terre est l’amidon extrait des pommes de terre. Pas vraiment l’idéal en termes d’index glycémique. 3 points sur 4!
  • Le sucre vient en 3ème position (mais l’amidon de pomme de terre se comporte pratiquement comme un sucre lui aussi).
  • Ensuite, du chocolat, un peu de noisette, de la fleur de sel et de la vanille.
  • Seul additif: la gomme de xanthane (E415), jugée relativement safe (mais à limiter par principe de précaution, parce qu’on ne sait sans doute pas tout!).

Conclusion: le produit ne concurrence pas un biscuit fait maison… mais est de loin plus satisfaisant que tout ce que pourrez trouver comme biscuits industriels sans gluten!

Exemple de pesto de basilic

Le pesto, c’est très facile à faire soi-même. Mais depuis que j’ai découvert celui-ci, j’en ai toujours un pot dans mon placard, que je dégaine pour les apéros improvisés. Il est délicieux et la composition est parfaite.

La recette: huile d’olive vierge extra, noix de cajou, basilic, sel, pignons.

Analyse:

  • De l’huile d’olive de qualité et non de l’huile de tournesol comme dans la plupart des produits transformés
  • Rien que les ingrédients de base du pesto
  • Aucun additif
  • On peut supposer qu’il contient pas mal de sel, puisqu’il vient en avant-dernière position, avant les pignons. Un peu étonnant! Mais rien de trop grave si on ne fait pas de ce pesto une consommation excessive.

Conclusion: un produit qui frôle la perfection en termes de goût et de composition!

 

J’espère que ces 4 exemples vous aideront à cibler les produits sains dans les rayons de votre supermarché!

Prenez soin de vous! Et bonne lecture de vos étiquettes!

Stéphanie

 


Mon but n’est pas de faire de la pub pour des produits particuliers.

Vous êtes néanmoins intéressée de savoir où vous procurer ces produits? Voici les références:

  • Pâte à tartiner bio au chocolat de marque Jean Hervé, dans tous les magasins bio
  • Biscuits bio en forme de lettres, nappés de chocolat, chez Bio Planet
  • Biscuits sans gluten de la marque Generous “Charlotte Chocolat”, en magasins bio
  • Pesto bio de marque “La Macina Ligure”, chez Bioplanet

Vous aimez ce que vous venez de lire? Envie de plus? Abonnez-vous et recevez en cadeau mon guide incontournable des 10 erreurs des mamans pressées sur la voie de l’alimentation saine. Pour vous inscrire, c’est par ici 🙂